Tél. : 02 96 41 43 06 mairie.plevenon.capfrehel@wanadoo.fr

Le Phare

Cap Fréhel

A Plévenon Cap Fréhel, oubliez votre voiture et savourez l’aspect insulaire
de ce site classé. De nombreux hébergements s’offrent à vous : hôtels,
gîtes, chambres d’hôtes, camping (accueil des camping-cars d’avril à octobre).

tarifs - le phare

  • adulte : 3€
  • enfant entre 7 et 14 ans : 1.50€
  • enfant de moins de 7 ans : gratuit
  • groupe (10 personnes) : 15€
  • groupe scolaires/enfant : 1€
  • groupe scolaires/accompagnateur : 1.50€

horaires - le phare

Ouvert d’avril à fin octobre

Avril à mai : de 14h à 17h
Juin : tous les jours de 14h30 à 17h30
Juillet août  : de 10h30 à 18h30
Septembre : de 14h à 17h

site emblématique
Cap Fréhel

plages

nature

patrimoine

– Découverte des milieux naturels : la lande protégée de 400 ha, la réserve
ornithologique, l’étonnante baie de La Fresnaye et son vaste estran de 6 km2, ses 17 km du chemin de grande randonnée, son petit port…
– Découverte d’un patrimoine architectural de qualité : des hameaux fleuris et de caractère, où se côtoient maisons de capitaines du XIXe siècle, anciennes fermes, maisons de pêcheurs, calvaires et fontaines.

Plévenon Cap Fréhel, dans un magnifique cadre bocager, offre un remarquable maillage de chemins qui fera le bonheur des randonneurs, joggeurs et autres cyclistes. Tout au long de l’année, Plévenon Cap Fréhel est un lieu de villégiature idéal qui saura vous séduire.

Découverte

Vous pouvez alterner :
– Visite de la pointe du Cap Fréhel, de son phare, du Fort La Latte datant du XIVe siècle.
– Farniente sur nos magnifiques plages, dont la principale bénéficie d’une surveillance estivale.

Parking du Cap Fréhel

 

Le parking est payant toute l’année.

– voitures : 3€
– camping-cars : 5€
– motos : 1€
– cars : 15€

Retrouvez ici la vidéo complète pour découvrir Plévenon – Cap Fréhel

1650-1950 – L’histoire des phares bâtis sur le cap Fréhel

par l’Archéo-Graphiste Kermariz

Au-delà des falaises vertigineuses, par-delà l’horizon marin que forment les eaux de la côte d’émeraude, le passé résiste encore à l’usure du temps à travers la mystérieuse naissance des phares sur le Cap Fréhel…

Mystérieuse car un premier fanal y est élevé à l’initiative des commerçants de la ville de Saint-Malo aux environs de 1650, sans que nous n’ayons connaissance de son emplacement exact sur le cap… Une tour, peut-être d’une quinzaine de mètres de hauteur, vraisemblablement bâtie au bas des falaises… Probablement trop bas puisque l’éclat de ses trois flambeaux de suif et de térébenthine est trop peu visible en mer… Cette tour défaillante, entretenue par les commerçants malouins soucieux de sécuriser la navigation aux abords de leur port, va devoir être remplacée…

Il faut attendre cependant l’an de grâce 1702, pour qu’un nouveau fanal illumine l’éperon rocheux de son feu rayonnant à l’air libre : c’est la tour Vauban toujours debout sur le cap Fréhel. L’ingénieur Siméon Garangeau a dressé les plans de l’édifice, construit en utilisant notamment les moellons de la première tour des malouins, volontairement détruite… On accède à son sommet de 15 mètres par un escalier à vis desservant trois étages. C’est une tour de feu en même temps qu’une tour de guet protégeant les côtes des débarquements ennemis : elle pourra abriter un corps de garde en temps de guerre… Son feu brûle encore aux frais de la ville de Saint-Malo. On recherche l’économie : la tour ne fonctionne qu’en hiver… Mais en 1717, les autorités maritimes en ordonne l’allumage toute l’année. Cela représente un surcoût : les navires des alentours devront alors s’acquitter d’une taxe.

La tour Vauban évoluera au cours du temps, se coiffera d’une lanterne pour abriter sa flamme des vents, complétera son feu de becs à réverbère puis de huit gros réflecteurs, renfermera même une espèce de mécanisme d’horlogerie afin que son éclat soit tournant. Mais la tour vieillit : un troisième phare est donc inauguré en 1847 à ses côtés. Désormais une tour de 22 mètres supportant une lentille de Fresnel lancera dans la nuit un éclat long toutes les trente secondes. C’est en 1903 que la tour changera la fréquence de son éclat : deux éclats blancs toutes les dix secondes. Fréquence retenue encore de nos jours…

Hélas, la seconde guerre mondiale provoque la destruction de ce phare : les forces d’occupation allemandes dynamitent la tour le 11 août1944… La vieille tour Vauban reprend du service et expose un feu provisoire durant la construction d’un nouveau phare, lequel allumera ses feux à l’été 1950. Phare qui trône aujourd’hui sur la commune de Plévenon et seulement sur cette commune.

Kermariz, Archéo-Graphiste

Les sites

Plévenon, station balnéaire, vous offre une expérience d’aspect insulaire époustouflante.
Le chemin des douaniers vous emportera sur ces sites d’exception, du Cap Fréhel à la réserve ornithologique en passant par le Fort Lalatte, des falaises rocheuses battue par la Manche jusqu’aux magnifiques plages de sable fin et de ses criques à l’abri du vent.

Le Cap Fréhel

Le Phare du Cap Fréhel

Le fort Lalatte

Les Grèves d’en Bas

La plage de La Fosse

Balade au soleil couchant

Baie de la Fresnaye

Le Fort la Latte

Pointe de Jas

La réserve ornithologique

Les falaises

Les parcs

La Fauconnière

Le port Saint Géran

Port Nieux

Le surf

Le bourg

La campagne

Aller au contenu principal